10 abr. 2008

On est pas d'ici (nueva creación de ring de teatro)

Photo Jorge Picó

Maquette et création 2008-2009

Mise en scène
Jorge Picó


Avec
Harry Holtzman,
Karl Heinz Lorenzen
Trond Erik Vassdal

Un titre, trois comediens

On est pas d’ici c’est un titre provisoire pour un spectacle de trois comediens qui travaillent en France et jouent en français; mais qui sont nées ailleurs. Heinzi, Trond et Harry ne sont pas d’ici; mais ils essayent de trouver un territoire commun, celle de l’humour, une sorte de patrie où il ne faut pas de passeport, ni numero de securité sociale, c’est le lieux où tout le monde est sans papiers, mais avec une identité, une silohuette. Quand on les voit repeter sur scène on voit trois langues et trois identités fortes qui s’entrechoquent. Ils sont en lutte, ils luttent pour trouver le sens de choses. Ils font une sorte de mise mental sur le chaos du monde.

Quelques notes pour construire un project comique

Après quelques jours de travail ensemble à Lyon, dans une sorte de laboratoire d’écriture comique, on a profilé quelques pistes à développer dans le spectacle. En voici quelques unes.

On est assez proche d’une sorte d’anthropologie de l’humour. Pourquoi rions-nous ? De quoi rions-nous ? Combien de douleur faut-il enlever pour arriver au comique ?
Le rire même est une chose ridicule, alors pourquoi donne-t-il autant de plaisir ? Questionner le rire, ça peut être drôle.

Là ou le comique classique se balance des tartes dans le visage, les trois comédiens se balancent des propositions fortes de jeu dans la figure. Qui a le pouvoir ? Est ce que c’est ça la réalité ? Qui dit que les choses sont correctes ou pas ? C’est qui le chef ?

On veut faire n’importe quoi sur scène et que ça soit cohérent, le libre marché est incontrôlable, nous aussi, mais nous sommes des humains, voici la différence.

On veut faire avec presque rien, pas d’écrans vidéo, pas de grosses scénographies, pas de costumes modernes, de l’humain et de l’humain et trois fois de l’humain. Dans la societé du spectacle on ne veut pas faire du “spectacle”, mais plutôt revendiquer le plaisir de soumettre les émotions à la pensée comique.

En principe on n’a pas besoin de développer une histoire, on peut aller directement à des situations, on veut se mettre en ligne directe avec le spectateur, l’amener dans des événements indépendants et qui ont un lien secret. Nous nous présentons, nous restons toujours en contact avec le spectateur, et nous montrons des comportements. On sait que le public est là, on n’a rien à cacher, on ne veut pas faire de l’illusion, on veut faire corps avec le spectateur.

Trois personnalités sur scène si différentes ne peuvent que, forcement, finir par être d’accord; il faut tenir ensemble des inconciliables. Ça fait rire.

On est proche d’un cabaret existentiel, habité par trois performers burlesques, loufoques, absurdes et touchants.

Trois performers qui font une visite, ils rentrent par la porte des artistes, dans la réalité du XXIème siècle: chaotique, liquide et qui a besoin d’utopies.

On veut faire rire, mais surtout on veut comprendre.

Jorge Picó, novembre 2007, Barcelone

Partenaires des résidences-laboratoires : Théâtre de Villejuif , ring de Teatro, Service culturel de la Ville d’Issoire (participation financière), Théâtre Jean Marais à Saint Fons (participation financière).

Contact Administration, production et diffusion :
Natasha Hopkins-Shaw 04 70 06 69 78
snot.shaw@wanadoo.fr